× Image affichée en plein écran
Menu Home
Top

LE CONCEPT D'ÉLIMINATION

Facile à comprendre, difficile à accepter

Vous allez le constater par vous même : si le concept d'élimination se comprend aisément, il est pourtant bien difficile à accepter. Du moins cela a été le cas pour moi...

C'est bien dommage, car à lui seul, en proposant une vision positive de la maladie, il place le malade dans un état d'esprit favorable à sa guérison.

Dans un premier temps, on peut toujours se dire que ce n'est qu'une façon de voir les choses...

Heureusement il n'est pas nécessaire de croire au principe d'élimination pour bénéficier des bienfaits de Jorei (ou Johrei).

Une nouvelle façon de voir la maladie

Le concept d'élimination est un apport majeur de Meishu-sama. Il offre une vision positive de la maladie... Ce qui met dans un état d'esprit qui facilite grandement la guérison, comme l'effet placebo, effet dont la puissance ne fait plus débat.

Prêt à se détraquer

Le corps humain est souvent vu comme une machine qui ne demande qu'à se détraquer.

On considère généralement que toute maladie à vocation à s'aggraver, et qu'il vaut mieux la juguler dès les premiers symptômes à l'aide de médicaments efficaces et éprouvés avant que des complications ne surviennent ou bien qu'il soit trop tard pour faire quelque chose.

Qui ne s'est jamais dit : Je suis inquiet, pourvu que je n'attrape pas cette grippe. Même si je guéris, elle va affaiblir mon système immunitaire. Je risque alors une infection bactérienne, une pneumonie au moins. J'aurai bien de la chance si je m'en sors. La grippe espagnole a bien fait des millions de morts...;

Confiance en la vie

Loin de cette conception anxiogène de la maladie, Meishu-sama propose de faire confiance aux capacités naturelles de guérison du vivant.

Capacités grâce auxquelles l'espèce humaine a traversé avec succès la nuit des temps, sans médicaments efficaces. Capacités dont la puissance ne cesse d'être démontrée par l'étude de l'effet placebo.

L'idée du concept d'élimination est de considérer la maladie comme un bienfait et de se dire : Mon corps se nettoie. C'est un mal pour un bien..

Nettoyage

Meishu-sama explique qu'au cours de la vie l'être humain accumule des impuretés tant dans son corps physique que dans son corps spirituel et que même il en hérite de ses ancêtres.

Ces impuretés sont un peu comme les diverses toxines chimiques bien connues qui sont évacuées des organes par le sang, extraites du sang par les reins et dont le corps se débarrasse en urinant.

Quand les impuretés sont plutôt spirituelles on trouve plus parlant de les appeler «nuages de l'âme», quand elles sont plutôt physiques on préfère le terme «toxines», mais il s agit de la même chose. Si ces impuretés sont plus ou moins immatérielles elles sont pourtant bien réelles.

La production de ces impuretés est autant inévitable que parfaitement naturelle. En plus des nuages de l'âme de ses ancêtres on en produit soi-même en ayant de mauvaises pensées, de mauvaises paroles et de mauvais comportements.

Quant aux toxines : il y a ce qui se mange et ce qui ne se mange pas. Par exemple les pommes de terre sont comestibles mais pas les germes ou la peau verdie qui sont toxiques à cause des alcaloïdes et des solanines qu'ils contiennent.

Parmi ce qui ne se mange pas mais que l'on ingère quand même il y a les pesticides agricoles, les pollutions de l'air et de l'eau et... les médicaments.

Une partie de ces toxines n'est pas évacuée, au contraire elle se fixe dans le corps. Meishu-sama parle d'amas de toxines durcies.

Élimination

Bref, à un moment ou l'autre il y aura trop d'impuretés dans le corps et fort heureusement, une action de nettoyage naturelle va spontanément se mettre en place pour éliminer toxines et nuages de l'âme : on appelle ce processus d'élimination des toxines une «élimination».

Voici la bonne nouvelle. La mauvaise c'est que l'élimination est toujours douloureuse ou désagréable. En fait une douleur est le signe d'une élimination en cours (donc un bon signe).

En pratique il s'agit couramment d'un rhume, de diarrhée, de fièvre... bref d'une maladie bénigne qui guérit.

Notez qu'une catastrophe, une perte d'argent, une contrariété... sont aussi des éliminations.

Du point du vue du concept d'élimination, ces désagréments sont en fait de bonnes nouvelles, on ira mieux après... Nous sommes d'accord, ce n'est pas facile à accepter.

L'aide de Jorei

C'est ici qu'intervient Jorei : en «purifiant l'esprit» une partie des nuages de l'âme (ou des toxines si on préfère) disparaissent.

Dès lors, l'élimination n'étant pas (ou moins, ou même plus du tout) nécessaire on ne tombe pas malade (ou on guérit).

Quant à la douleur, on en fait vite l'expérience, les bienfaits de Jorei sont spectaculaires.

De plus Jorei renforce le système immunitaire.

La particularité Jorei

Les techniques de soin spirituelles sont nombreuses. Jorei est particulier car il fait appel à l'élément spirituel feu.

Celui-ci a le pouvoir de liquéfier les toxines durcies, ce qui rend possible leur élimination.

Une fausse solution

Meishu-sama (1882-1955) qui a vécu au Japon durant la première moitié du XXème siècle a été témoin de l'arrivée de la pharmacopée occidentale moderne et efficace.

Il a pu observer que ces médicaments en stoppant le rhume, la diarrhée, etc... bref en arrêtant les symptômes bloquaient en fait le processus naturel d'élimination.

La guérison n'est alors qu'apparente. Certes le malade est vite et bien soulagé mais les impuretés sont encore là. Impuretés dont le corps cherchera à se débarrasser plus tard par une autre séquence d'élimination. C'est reculer pour mieux sauter.

Les toxines finissent par s'accumuler, se figer, dans le corps aux endroits les plus sollicités, typiquement vers les épaules, le cou, la tête, les yeux et autour des reins...

A long terme le corps finit par perdre sa vitalité et n'a même plus la force d'éliminer... La personne est de plus en plus fatiguée : C'est pourquoi Meishu-sama parle alors d'une fausse victoire.

Médicaments

Meishu-sama déconseille de recourir aux médicaments car ils sont d'une part source de toxines et que d'autre part ils bloquent le processus d'élimination.

De toutes façons en pratiquant Jorei (ou Johrei) on s'aperçoit vite que le besoin ne s'en fait plus sentir.

Bien entendu c'est à chacun de trouver l'attitude juste (Izunome) sans tomber dans le dogmatisme. Personnellement si le dentiste me propose une anesthésie locale... Je l'accepte, puis je vais aller recevoir Jorei !

En savoir plus :

Microbes

Pour ce qui est des infections virales ou bactériennes, nous savons bien qu'aucune maladie n'est contagieuse à 100%. Tout le monde est exposé au virus de la grippe mais tout le monde ne l'attrappe pas.

Meishu-sama explique cela par le fait que les virus et microbes, qui certes attaquent matériellement nos cellules, ont besoin pour se nourrir spirituellement des «toxines» du corps.

Le moment venu, le corps qui est en besoin d'élimination va tirer parti d'un virus ou d'un microbe baladeur pour déclencher la maladie.

J'ai pu le vérifier empiriquement pour moi même, en pratiquant Jorei je n'ai pratiquement plus fait d'épisodes infectieux.

En recevant Jorei régulièrement étant malade, c'est à dire en purifiant son esprit, donc en dispersant les nuages de l'âme, ou ce qui revient au même en éliminant les toxines, les microbes «meurent de faim». Ce qui provoque une guérison aussi étonnante que bienvenue.

Garder confiance

Comme il est impossible de se débarrasser entièrement de toutes ses toxines et nuages de l'âme, malgré une pratique intensive de Jorei, il se produira toujours des éliminations.

Quand on commence à pratiquer on est en mesure de faire une comparaison entre son état de santé avant et après le début de la pratique et on constate une amélioration flagrante.

Les années passant, il faut garder à l'esprit que d'une part on perd cet élément de comparaison et que d'autre part on s'éloigne de la jeunesse.

Quand une forte élimination se présente, chose dont on a pu perdre l'habitude, garder confiance dans le processus d'élimination n'est pas toujours facile, et ce même malgré le secours de Jorei.

C'est dans ces moments difficiles qu'il faut savoir garder la foi.

Quand Meishu-sama annonce le paradis sur terre, c'est à dire un monde sans maladie, sans misère et sans conflits, il ne parle ni d'une vie sans désagréments, ni d'immortalité !

Alain Delange 12/2018