× Image affichée en plein écran
Menu Home
Top

JOREI, EST-CE UNE SECTE DANGEREUSE?

Vu sur internet

J'ai vu sur internet que Jorei (ou Johrei) est une secte : ça ne m’intéresse pas ! C'est la réponse que m'a faite un collègue à qui j'avais parlé de Jorei lorsque je lui ai demandé pourquoi il ne donnait pas suite. Il était pourtant enthousiaste et avait fait la démarche de venir recevoir la lumière.

Quel dommage... Peut-être n'était-ce pas le bon moment pour lui.

Toujours est-il que, quand on «va sur internet» en français on trouve ce mouvement religieux recensé sur des pages aux noms évocateurs. Celle-ci est un bon exemple : www.sos-derive-sectaire.fr.

En lisant cette page dans le calme, on pourra constater qu'il s'agit simplement d'une brève description qui ne fait aucunement mention de problèmes potentiels, contrairement à ce que peut laisser croire le nom du site internet.

Cette littérature sur les sectes est une conséquence de plusieurs affaires choquantes de suicides collectifs à répétition qui ont eu lieu dans les années '90. Depuis le mot «secte» a pris une connotation péjorative et inquiétante, alors que le sens original est simplement «mouvement religieux».

Religion

Bien entendu Jorei est un mouvement religieux, une «secte» donc, et c'est bien parce que cette pratique fait appel aux pouvoirs de Dieu qu'elle est réellement efficace.

Voici comment l'association se décrit elle-même :

Shinkenko Kyokaï, «La voie de Jorei»

Grâce à Shinkenko Kyokaï, un nombre croissant de personnes découvre la voie de Jorei et expérimente jour après jour les bienfaits de cette pratique.

Depuis la fondation de Shinkenko Kyokaï, Jorei est la voie de secours pour toutes les personnes souffrant de difficultés.

Elle est aussi la voie de toutes personnes souhaitant contribuer au développement d'un monde de vrai, de bien et de beau.

Cette méthode est vraiment simple. Il suffit juste de lever la main en direction de la personne qui se trouve assise en face, et la Lumière spirituelle de Meishu-sama (le fondateur de la voie de Jorei) va être émise à travers la paume de la main.

Ainsi le corps spirituel de la personne qui reçoit Jorei sera purifié, et les impuretés (nuages spirituels) vont disparaître petit à petit. Le corps et l'âme étant liés, l'un et l'autre deviendront en bonne santé.

Après avoir reçu Jorei régulièrement, des personnes qui vivaient dans des conditions de souffrance vivent maintenant heureuses.

Pour comprendre cela, il suffit d'expérimenter Jorei.

Dans nos centres, nous pratiquons Jorei tous les jours. C'est pourquoi nous vous accueillerons avec plaisir pour essayer une séance, et nous pourrons vous expliquer ce qu'est Shinkenko Kyokaï.

Même si vous doutez et que vous ne pouvez pas croire en une chose aussi simple, ne vous inquiétez pas, sentez-vous libre de venir pour n'importe quelle raison.

Vous êtes les bienvenus.

Shinkenko Kyokaï, 15 rue Saint Nicolas, 75012 PARIS, 01 43 46 76 71

Éxigences pécuniaires

Associer argent et religion évoque le fantasme de la secte qui ruinerait ses adeptes par des exigences pécuniaires démesurées.

Si vous allez assister à une messe à l'église on vous invitera à donner de l'argent lors de la quête. De la même façon il est question de «faire un don» libre d'un minimum de 5 € (10 € la première fois) chaque fois que l'on reçoit Jorei.

Le but est de marquer sa reconnaissance pour les bienfaits reçus. Plus que le montant, c'est l'état d'esprit en faisant le don qui est important : remercier du fond du cœur.

Les «initiés», les personnes qui sont en mesure de transmettre Jorei pour aider bénévolement les autres, adhèrent à l'association Shinkenko Kyokaï et cotisent à hauteur de 13 € par mois tant qu'elles le souhaitent.

Quant à l'initiation elle-même, elle est particulièrement accessible de l'ordre de 150 €.

Matériellement cet argent sert à couvrir les frais de fonctionnement de l'association : loyer du centre et salaires des employés, etc...

Pour clore le sujet de l'argent, Jorei est une pratique bénévole. La personne qui transmet ne peut être rémunérée pour les services qu'elle rend.

Lavage de cerveau

Jorei, d'une manière générale, et l'association Shinkenko Kyokaï de fait, est un mouvement religieux particulier en ceci qu'il n'y a pratiquement pas de «prêche», que le culte y est minimal et le prosélytisme inexistant.

Côté «lavage de cerveau» il n'y a rien à craindre...

Vous pouvez déjà le constater par internet : la présence y est vraiment discrète. Il n'y a pas de site internet racoleur.

Le culte se limite à une cérémonie de remerciement (on dit de reconnaissance) par mois, à laquelle il est toujours bon d'assister pour des raisons spirituelles. Personne ne contrôle votre assiduité de même que personne n'ira vous reprocher d'y assister ou pas.

L'essentiel de la durée de la cérémonie est consacrée à la transmission de Jorei. Une moitié de l'assistance transmet à l'autre puis on inverse les rôles, le tout en silence.

La cérémonie commence par un choix de cinq chants en japonais rédigés par Meishu-sama. Il s'agit de cinq phrases parfaitement incompréhensibles pour l'essentiel de l'assistance qui ne parle pas japonais. Leur intérêt ne réside pas dans le sens des mots mais dans leur force spirituelle qui émane de Meishu-sama leur rédacteur.

Ensuite il est fait une lecture d'une traduction en français d'un «enseignement de Meishu-sama», un court texte d'une, voire deux pages. Elle est suivie d'une lecture du discours prononcé par le président au centre de Fukuoka au Japon la semaine précédente. Le ton du discours est toujours bienveillant. Il porte en général sur le thème de l'enseignement choisi.

Concernant les enseignements de Meishu-sama, dont il n'existe malheureusement pas de traduction en français accessible sur internet, il n'y a pas de dogmatisme. Ainsi, sur ce site japonais qui compile les enseignements de Meishu-sama, www.rattail.org, on trouve ce texte de Maître Kihara, un des plus proches collaborateur de Meishu-sama, qui nous recommande d'être tolérant et de ne ne pas sombrer dans un dogmatisme rigide.

Citation des propos de Maître Kihara :

«Différents groupes et différents maîtres ont enseigné beaucoup de choses sur la façon dont les «enseignements de Meishu-sama» doivent être compris. Toutes sont aussi valides les unes que les autres

Fragment de l'article «L'importance de lire les enseignements» de Yoshihiko Kihara du 01/12/1954.

«Aujourd'hui encore, nous avons des membres, qui, quand ils voient dans les enseignements que Meishu-sama met en garde contre ceci ou cela, pensent que l'enseignement a été écrit à propos de quelqu'un qui faisait quelque chose de mal. Ils peuvent aussi penser que cet enseignement dit que l'on ne doit pas faire ceci ou cela. Certains peuvent même aller aussi loin que de créer des règles destinées aux autres membres.

Et bien de telles personnes n'auraient effectivement pas suffisamment lu les enseignements. Meishu-sama nous enseigne que, comme une nourriture à l'odeur trop forte est désagréable, la foi ne doit pas sentir trop fort la foi. Brandir les enseignements de Meishu-sama est offensant et laisse une mauvaise impression.

Chaque enseignement est pour soi-même et il n'y a nul besoin de s'intéresser à comment il pourrait s'appliquer aux autres.»

Changement de point de vue

La littérature sur les dangers des sectes cite souvent comme signe d'endoctrinement d'une personne le fait qu'elle change radicalement de discours et de point de vue sur des questions philosophiques. Elle présente cela comme une difficulté.

C'est certain, il y a de fortes chances pour qu'une personne radicalement athée, au vu des répétitions quotidiennes de petits et grands miracles de Jorei, soit amenée à réviser ses positions sur l'existence de Dieu, du monde spirituel... et donc à tenir un discours à l'opposé de ses anciennes convictions.

Est-ce un problème ?

Guru

Jorei est une pratique bienveillante et bénévole aux exigences financières très limitées. C'est pourquoi il n'y a pas moyen de s'en servir pour s'enrichir sur le dos des pratiquants.

Les personnages douteux de style «guru charmeur et charismatique» se tournent vers d'autres pratiques adaptées à leurs ambitions.

L'initié qui a le pouvoir de transmettre Jorei n'est qu'un canal alimenté par Dieu lui-même, Dieu qui n'aurait pas de mal à tarir la source au besoin.

Pour clore ce sujet, avec Jorei il n'y a pas de risque de tomber sous l'emprise de personnes malveillantes.

Isolement social

Que l'on pratique Jorei juste pour en recevoir les bienfaits ou que l'on s'y investisse fortement en tant que membre initié on continue à garder sa place dans la société.

On garde son travail, ses amis, son logement, etc... L'isolement social, souvent cité comme source de problèmes, ne fait pas partie de la pratique de Jorei.

Alain Delange 12/2018