× Image affichée en plein écran
Menu Home
Top

TRANSMETTRE JOREI

Initiation

Transmettre «Jorei (ou Johrei)», la «lumière divine», est vraiment à la portée de tous.

Il suffit d'en avoir envie et de décider de devenir un «membre initié» (on dit aussi «membre confirmé») de l'association «Shinkenko Kyokai».

Humainement il faut avoir du «Makoto», c'est à dire aimer faire plaisir, aimer rendre service, aimer aider les autres avec désintéressement.

C'est tout, mais c'est déjà beaucoup !

Ce à quoi engage le fait d'être un membre de l'association Shinkenko Kyokaï est précisé dans la charte de l'association (consulter la charte en pdf).

Jorei est une pratique égalitaire. Il n'y a pas de «niveau». Dès que l'on est initié on reçoit les pleins pouvoirs de transmission.

La moindre des choses avant de demander à être initié est de savoir de quoi il s'agit.

C'est pourquoi il est demandé de recevoir Jorei un certain nombre de fois, de se renseigner lors de réunions d'informations ou auprès d'autres initiés.

Matériellement il y a des frais, 50 €, une cotisation mensuelle de 13 € et un petit questionnaire à remplir. À propos d'argent, rappelons que la transmission de Jorei est nécessairement bénévole.

On ne peut être initié que si on est motivé par la seule bonne raison qui vaille : Vouloir aider. Les personnes qui ont plus ou moins l'arrière pensée d'en tirer un profit personnel : Être rémunérées, être admirées, avoir du pouvoir, etc... ne peuvent être initiées.

Bien évidemment les humains en général et le personnel de l'association en particulier ne peuvent juger de l'aptitude d'un candidat faute de pouvoir lire dans ses pensées.

Dieu par contre n'a pas ce problème. Il écarte tel ou tel candidat qu'il juge inapproprié pour l'instant en lui faisant rater son train par exemple.

C'est pourquoi parmi les membres initiés il n'y a que des personnes bienveillantes.

L'association organise des séances d'initiations tous les trois mois environ en son centre de Paris.

Pour ma part je craignais cette séance d'initiation car on n'avait pas voulu me dire en quoi cela consistait. Si je n'avais pas été accompagné par quelqu'un de confiance je n'y serais pas allé...

Concrètement l'initiation se présente comme une conférence d'une demi-journée. Après : «ça marche !»

Selon les circonstances la forme de l'initiation peut varier. Cela n'a pas vraiment d'importance.

En fait l'initiation consiste à créer un lien spirituel entre Meishu-sama et le nouvel initié. Il se trouve aussitôt en mesure de transmettre Jorei, la lumière divine, par la paume de sa main.

Dieu lui-même a indiqué à Meishu-sama comment faire en sorte qu'après sa disparition certains de ses disciples aient l'autorisation de créer ces liens spirituels et puissent conférer ce pouvoir à d'autres.

Dans l'organisation de l'association ce sont les «maîtres», c'est à dire ceux qui ont la responsabilité d'un centre, c'est à dire d'un groupe de pratiquants, qui ont l'autorisation de faire des initiations. Un simple initié ne peut donner à quelqu'un d'autre le pouvoir de transmettre Jorei.

Si ces processus relèvent du mystère, ils sont pour autant bien réels.

Le contenu de la conférence porte sur l'essentiel des «enseignements de Meishu-sama». Ces textes ont été en partie traduits en français. Un recueil, nommé «Goshinso», est remis à chaque participant.

À la fin les participants se transmettent mutuellement la lumière et constatent que... ça marche !

Transmission

Une fois initié la transmission de Jorei ne présente pas de difficulté particulière, c'est juste de son temps à donner, assis sur un siège.

On s'installe, on s'imagine la personne heureuse et on suit le protocole décrit dans la page «Recevoir»

Le monde spirituel, Dieu si on préfère, lit en permanence dans les pensées du transmetteur et déclenche alors l'envoi de la lumière. Jorei est une prière en action.

Il s'occupe du diagnostic et des effets qu'il souhaite obtenir.

Le transmetteur se contente juste de viser assez longtemps les différentes parties du corps sans «mettre de force» personnelle.

Il est absolument nécessaire qu'il garde à l'esprit qu'il n'est qu'un canal de la volonté divine et ne doit pas avoir l'orgueil de penser qu'il a un talent particulier.

Il doit faire entièrement confiance à la force du monde spirituel, éviter de penser «pourvu que la personne guérisse», et surtout pas «pourvu que je la guérisse».

Normalement le transmetteur ne sent rien durant la transmission. Comme le fait de transmettre purifie aussi son âme, donc qu'il élimine, il peut quand même ressentir de légers effets. Bref : Transmettre fait aussi du bien.

Certaines personnes peuvent se sentir plus ou moins guidées par Dieu pour insister à tel ou tel endroit, d'autres non. Cela n'a pas vraiment d'importance.

Reconnaissance

Après une transmission particulièrement efficace, la personne miraculeusement soulagée pourrait, et c'est bien normal, prêter au transmetteur des talents de guérisseur omnipotent, lui vouer une admiration sans bornes.

Qu'elle soit reconnaissante ne pose pas problème, par contre il importe de remettre les choses à leur place : Ce sont Dieu et Meishu-sama qui ont fait le travail, le transmetteur a juste donné de son temps avec bienveillance et désintéressement.

L'état d'esprit est très important. Le receveur et le transmetteur doivent remercier du fond du cœur pour les bienfaits reçus.

Alain Delange 12/2018